Hébergement d’urgence en Île-de-France :

Hébergement d'urgence en Île-de-France : dans Conseil Départemental cg93  Claude Bartolone tire la sonnette d’alarme et exige une véritable solidarité !

Claude Bartolone, député et Président du Conseil général a été informé courant septembre de la réservation permanente par la DDASS et la Ville de Paris de 3500 à 4000 places en hébergement d’urgence sur le territoire de la Seine-Saint-Denis. La solidarité territoriale ne peut être que partagée entre l’ensemble des collectivités et Claude Bartolone refuse énergiquement que cela donne lieu à « un transfert de charges déguisé ». En effet, si l’Etat a délégué toutes ses compétences en matière d’action sociale aux départements, il demeure le principal responsable de la question de l’hébergement d’urgence.

Alors que la DDASS de Seine-Saint-Denis dispose pour sa part de 240 places de ce type, Claude Bartolone dénonce énergiquement « une solidarité qui se fait encore sur le dos des collectivités les plus pauvres ! ». Et ce d’autant plus que les personnes hébergées pour le compte de la DDASS de Paris relèvent au bout de 3 mois de l’action sociale du département où elles sont domiciliées. Ainsi, « un département se décharge sur un autre de ses responsabilités, et c’est le contribuable séquano-dionysien qui paye l’addition ».

Voilà pourtant un sujet qui illustre les enjeux de la métropole francilienne. Plutôt que de parler structures ou institutions, la question de l’hébergement d’urgence peut devenir exemplaire de ce que serait une solidarité territoriale adossée à une véritable solidarité financière.

Dans un courrier adressé la semaine dernière à Christine Boutin, ministre en charge du logement, il réclame d’urgence avant la période hivernale, la tenue d’une table ronde, sous l’autorité de l’Etat et rassemblant les collectivités concernées qui devra déboucher sur des solutions qui ne pénalise pas davantage le département de Seine-Saint-Denis. Car indique Claude Bartolone : « dans un moment où le sénat va examiner un projet de loi qui vise à freiner la construction de logements pour les plus modestes, il serait paradoxal de voir ressurgir le spectre des cités de l’urgence construites il y a 30 ans ! ».

 

 

 

la republique c'est l'arrac... |
UNI ... |
Good Morning Africa ! |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Amours mauvaises
| Gueyo, dynamique de dévelop...
| Camp Laïque