La crise, pas pour tout le monde

La crise, pas pour tout le monde dans Billet d'humeur arton6017aa2e4Lorsque le Président demande à la France de faire des économies cela se voit :
Pas de remplacement dans l’Education Nationale, les hôpitaux n’ont plus les moyens de travailler, les services publics se reduisent comme peau de chagrin,… Mais le Président l’a dit : c’est la crise, nous devons faire des efforts !

Mais lorsque le Président se déplace, cela se voit aussi.

Il y a peu de temps Nicolas est venu à Gagny :
2 heures avant, défilé incessant de voitures et de cars de police à l’entrée de Villemomble en direction de Gagny (en longue fille indienne, sirènes et gyrophares à fond)).

Puis cortège officiel (15 voitures + les motards).
Combien peut bien coûter un tel dispositif, en hommes, en matériels ? Et encore nous avons échapé à l’Airbus Présidentiel…

Allez Français, serrez-vous la ceinture, pendant ce temps moi:
je passe Noël au Brésil,
janvier à Mégève
Février au Mexique

Mais lorsque je viens en Seine Saint Denis, cela se voit !!!!!


Archive pour mars, 2009

Meeting ELECTIONS EUROPEENNES- 7 JUIN 2009

Meeting ELECTIONS EUROPEENNES- 7 JUIN 2009  dans Politique Nationale 120pxlogopartisocialistefranceELECTIONS EUROPEENNES- 7 JUIN 2009  

GRAND MEETING DEPARTEMENTAL AUX LILAS   JEUDI 2 AVRIL 2009  

TOUS MOBILISES !  

Premier grand meeting départemental de la campagne des élections européennes
qui se déroulera
le jeudi 2 avril 2009 à 20h30 aux Lilas (gymnase Liberté- 30 boulevard de la Liberté)
en présence d’Harlem DESIR, tête de liste et député européen sortant,
de Claude BARTOLONE, député, Président du Conseil général de Seine Saint-Denis,
de Daniel GUIRAUD, vice-président du Conseil général, maire des Lilas
et de Philippe GUGLIELMI, Premier secrétaire de la fédération socialiste de Seine Saint-Denis.
 

 

Sécurisation des etablissements scolaires : la seine-saint-denis n’a pas attendu nicolas sarkozy pour agir !

Sécurisation des etablissements scolaires : la seine-saint-denis n'a pas attendu nicolas sarkozy pour agir ! dans Conseil Général cg93Le Conseil général a lancé pour ses collèges depuis plusieurs mois un audit de sécurité, destiné à établir un diagnostic partagé de la situation des établissements et permettant ensuite de mener les travaux de sécurisation nécessaire, à l’intérieur et aux abords des établissements. D’ores et déjà, de nombreux collèges ont pu bénéficier de ces aménagements, qui viennent appuyer les dispositifs de prévention mis en place. Lutte contre le décrochage scolaire, ouverture des établissements le samedi matin pour mener des activités périscolaires, intervention d’éducateurs de la prévention spécialisée…

Parce que Claude Bartolone est convaincu qu’un environnement serein et sécurisant est indispensable à la réussite des élèves et à l’exercice des métiers de la communauté éducative, il a ainsi souhaité faire de l’éducation une des priorités du Conseil général, malgré l’accumulation des dettes de l’Etat envers la Seine-Saint-Denis. Il a par ailleurs saisi le Ministre de la Relance, pour obtenir de l’Etat un vaste plan de rattrapage des investissements en direction des collèges, sans réponse à ce jour.

Une fois de plus, un fait divers regrettable a conduit le Président de la République à confondre action politique et communication. En se rendant dans l’urgence au lycée de Gagny, puis en réclamant le vote d’une loi pour créer une peine d’emprisonnement punissant le phénomène de bandes, Nicolas Sarkozy a retrouvé son costume de candidat à l’élection présidentielle. Force est pourtant de constater l’échec flagrant de sa politique en matière de sécurité, axée uniquement sur la répression.

Il s’agit désormais que cesse le double langage : on ne peut sans cesse réduire l’effort de l’Etat en direction de l’Education Nationale, diminuer le nombre de fonctionnaires de police dans les quartiers sensibles, et en même temps dénoncer les phénomènes de violence, avec une volonté de stigmatisation évidente de certains territoires.

 

Réforme de la justice

NOUVELOBS.COM | 21.03.2009 | 09:12

Magistrats, avocats et professionnels de la justice se réunissent en présence notamment de Robert Badinter et Eva Joly. Au menu: l’avenir de la justice pénale, avec la suppression du juge d’instruction.

L‘Assemblée nationale accueille, samedi 21 mars, des magistrats, avocats et professionnels de la justice pour les « Etats généraux » sur l’avenir de la justice pénale face au projet de suppression du juge d’instruction annoncé par Nicolas Sarkozy. En présence notamment de l’ancien ministre socialiste de la Justice Robert Badinter, du juge d’instruction espagnol Baltazar Garzon, de l’ancienne juge d’instruction Eva Joly, d’avocats, d’éducateurs, greffiers, policiers ou encore psychiatres, les membres de ce « collectif des Etats généraux de la justice pénale » entendent « participer au débat démocratique sur l’avenir de la justice pénale ».

Une justice indépendante et démocratique

Le but est de préconiser « des réformes concrètes, cohérentes et financées, qui améliorent le fonctionnement judiciaire et qui respectent les principes d’une justice indépendante, démocratique et républicain ». Pour le collectif, « le projet de supprimer le juge d’instruction pour confier toutes les enquêtes à un parquet hiérarchisé et dépendant de l’exécutif (…) modifierait en profondeur notre régime procédural alors que les nombreuses réformes législatives que le parlement a adoptées ces derniers mois ne sont pour la plupart pas évaluées et pour certaines pas même en application ».

Une « charte de l’intangible »

Les participants à cette journée ouverte au public débattront dans la matinée dans des commissions thématiques puis en table ronde l’après-midi. Les commissions sont consacrées à la justice des mineurs, à la détention, aux modèles judiciaire européens et au problème de la responsabilité pénale et de la maladie mentale. L’une d’elles, consacrée à la procédure pénale, devra identifier les règles procédurales minimales correspondant aux fondamentaux démocratiques afin de fixer les principes d’une « charte de l’intangible

Questions posées au Conseil municipal du 5 mars 2009

Pour le groupe socialiste écologiste et citoyen : Liste « Villemomble en mouvement » pour une ville innovante et solidaire. : ci-dessous trois questions orales pour le Conseil Municipal de jeudi 05/03/2009.

Accès au Très Haut Débit

L’accès à la connaissance, aux échanges, au commerce et l’attractivité économique d’un territoire dépendent beaucoup aujourd’hui de la qualité du réseau Internet local. Chacun sait l’impatience de nombreux villemomblois concernant l’absence actuelle de Très Haut Débit à Villemomble, suite à l’ échec du contrat qui nous liait à NOOS, et le caractère pénalisant d’un point de vue économique pour la commune. Dans le cadre de l’adhésion de la commune au SIPPEREC, le projet OPALYS se déploiera sur une partie seulement de Villemomble, pourrait on avoir connaissance d’une carte exacte des rues concernées, des raccordements prévus et des rues exclues de cette phase de travaux et du calendrier d’entrée en service effectif.. La commune est-elle concernée par le Réseau CPL, si oui sur quels sites ? D’autres part le Conseil Général de Seine-Saint-Denis met en place le projet DEBITEX, pourquoi la commune n’y a t’elle pas adhéré pour que les zones qui actuellement ne sont pas prises en compte dans le projet OPALYS puissent aussi avoir le Très Haut

(suite…)

Les « cons du ministère »….

Le canard enchainé du mercredi 4 mars 2009 !
 Les

interro007 dans Politique NationaleMais au fait, « Les cons du Ministère »,  ils appliquent la politique de qui interro007

Manifestation du 19 mars 2009

Manifestation du 19 mars 2009 dans Politique Nationale untitled12706512671 dans Politique NationaleMobilisation du 19 mars 2009
Appel des organisations syndicales
CFTC, CFDT, CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA

La forte mobilisation du 29 janvier a conduit le président de la République à annoncer à l’occasion de la rencontre avec les partenaires sociaux, le 18 février, une légère inflexion sociale à son plan de relance.

En réponse à une partie des revendications avancées par les organisations syndicales, des mesures sont annoncées, des processus de concertation sont proposés sur le partage de la valeur ajoutée et des profits, un fonds d’investissement social est programmé.
Les organisations syndicales CFTC, CFDT, CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA considèrent que les mesures sont trop parcellaires pour modifier le cap économique de la politique gouvernementale. Par ailleurs le Président a refusé catégoriquement d’augmenter le Smic, de modifier sa politique d’emploi dans les fonctions publiques et de revenir sur la défiscalisation des heures supplémentaires…
A cela s’ajoutent l’attitude dogmatique du patronat et son refus d’assumer ses responsabilités. La crise nécessite des réponses d’une toute autre portée. Les effets de la crise économique et financière s’accentuent et accroissent les inquiétudes des salariés. La recrudescence des suppressions d’emploi, d’utilisation du chômage partiel, contribuent à amplifier la récession et pèsent lourd sur le pouvoir d’achat qui se dégrade.

Tout ceci conduit les organisations syndicales à poursuivre la mobilisation. Elles appellent à poursuivre les actions engagées dans les secteurs professionnels.
Elles confirment la journée de mobilisation interprofessionnelle du 19 mars 2009 qui donnera lieu à des grèves et des manifestations dans tout le pays.
En prolongement de leur déclaration commune du 5 janvier 2009, elles appellent leurs syndicats et les salariés, les demandeurs d’emploi, les retraités, à faire entendre au gouvernement comme aux responsables patronaux et employeurs leurs revendications :
- défendre l’emploi privé et public ;
- lutter contre la précarité et les déréglementations économiques et sociales ;
- exiger des politiques de rémunération qui assurent le maintien du pouvoir d’achat des salariés, des chômeurs et des retraités et réduisent les inégalités ;
- défendre le cadre collectif et solidaire de la protection sociale, des services publics de qualité.

Elles expriment leur solidarité et leur soutien aux salariés des DOM et à leurs organisations syndicales et appellent gouvernement et patronat à répondre positivement aux revendications posées.

 

.

 

.

Quand le Président rencontre les Français !!!

Visite d’une usine dans l’Ain le 26 février 2009 (Reportage Arte Info):

Après la « promotion » du Prefet  de la Manche, voilà un exemple de déplacement du Président 

« Etat de siège. Bouclage total de la région dans un rayon d’au moins 10 kilomètres. Les journalistes en liberté étaient interdits, seules les caméras de TF1 étaient autorisées à tourner… pour toutes les autres chaînes ! » (Journal Marianne2.fr)

Au fait : Combien les Français vont ils devoir travailler plus pour payer un tel dispositif de « protection » ?!!!

http://www.dailymotion.com/video/k2DwLQKqvegHj0XXJ7

 .

 

.

La République des copains (France Inter le 2 mars 2009)

http://www.dailymotion.com/video/k5bJeIveDLdk0HYaRk

 

 

la republique c'est l'arrac... |
UNI ... |
Good Morning Africa ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amours mauvaises
| Gueyo, dynamique de dévelop...
| Camp Laïque